Compte-rendu de la réunion publique du 31 mai 2016

Chères et chers adhérents,
Nous revenons vers vous en espérant que vous avez passé de bonnes
vacances, et vous adressons le compte rendu de notre réunion du 31 Mai
2016 à la salle du XI Novembre.

Nous devons rencontrer lundi 26 Septembre Mme le Maire et Mme la
Directrice du pôle Aménagement de la commune, qui nous
informeront des grandes lignes du projet urbanistique du secteur CPL,
pour l’horizon 2018.

Notre association devrait être consultée dans le cadre de l’élaboration
de ce projet.

Le PLU 2016 n’a pas encore été voté par la métropole de Bordeaux, et
c’est celui de 2006 qui reste en vigueur pour l’instant.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

 

 

Compte-rendu de la réunion publique de l’association du quartier du stade, du mardi 31 mai 16, dans la salle de 11 novembre.

Notre rencontre démarre vers 19 h 30.

Notre Président, Daniel Chouraqui accueille l’assistance ; il explique, en particulier, que les résultats de la Commission d’enquête publique du PLU 3, seront rendus officiels par la Métropole, à partir du 6 juin 2016
C’est donc une situation d’attente.

A

Notre Président, fait part de la rencontre du bureau de l’association avec le Directeur de Cabinet : Denis Bansart ; voici les points abordés avec lui :

    • historique de la création de l’association, en évoquant les problèmes que rencontrent les propriétaires de ce quartier CPL (Cassenore – Lagune Plate – Puy du Luc-chemin du foin)- du Taillan :
      1. classification en zone naturelle N, agricole et boisée classée NG et NF
      2. présence de 20 SMS locatifs au Taillan et plusieurs sur ce quartier
      3. difficulté pour les propriétaires de vendre leurs terrains avec une dépréciation de leur patrimoine d’au moins 20 % ;
    • il présente les observations de l’association déposées au pôle urbanisme lors de la période d’enquête publique : à savoir principalement :
      1. des terrains constructifs de 1 500 m² minimum
      2. une emprise au sol de 15 %
      3. un assainissement non collectif
      4. pas de voiries nouvelles à créer
      5. peu de besoin en place d’école, du fait d’une faible densité d’habitations, pour ce quartier que nous souhaitons garder naturel.

B

M. BETI attire l’attention de l’assemblée sur l’évolution probable de la structure de la population de la commune dans les 20 à 30 ans qui viennent. Cette évolution, qui risque d’aboutir à une baisse du prix des maisons de l’ordre de 40 % à 50 %, résultera des dispositions suivantes du PLU 3.1 :

      • les servitudes de mixité sociale,
      • les zones à urbaniser et les réserves foncières,
      • les suffixes L30 ou L35 des zones urbaines.

1 – Les servitudes de mixité sociale

Relativement à la population, les servitudes de mixité sociale sont beaucoup plus nombreuses au Taillan Médoc que dans la plupart des autres communes de Bordeaux Métropole.

Il y a 20 servitudes de mixité sociale au Taillan Médoc, alors qu’il n’y en a que 3 à Bassens, 19 à Blanquefort, 11 à Bruges, 1 à Carbon Blanc, 4 à Floirac, 11 à Gradignan, 6 au Bouscat, 11 au Haillan, 20 à Mérignac, 16 à Pessac, 6 à Saint Aubin de Médoc, 19 à Saint Médard en Jalles, 1 à Talence et 4 à Villenave d’Ornon.

Dans les servitudes de mixité sociale, il doit y avoir un certain pourcentage minimum de la superficie construite affectée au logement social. Deux types de logement social sont prévus : le logement locatif et le logement en accession.

Certaines communes de Bordeaux Métropole ont prévu du logement en accession dans plusieurs servitudes. Ainsi par exemple, à Pessac, sur les 16 servitudes, 6 accueilleront du logement en accession avec des pourcentages variant de 50 % à 100 %, 6 accueilleront du logement locatif avec des pourcentages variant de 50 % à 80 %, et 4 accueilleront à la fois du logement en accession (10 % à 20 %) et du logement locatif (40 % à 60 %).

Au Taillan Médoc, les 20 servitudes ne prévoient que du logement locatif social avec un pourcentage minimum de 50 %.

2 – Les zones à urbaniser et les réserves foncières

Le PLU 3.1 comprend, au Taillan Médoc, des zones à urbaniser AU3 dans le secteur du Chai et dans le secteur de Gelés.

Les zones AU3 du secteur du Chai sont destinées à accueillir des logements pour réinstaller des personnes qui vivent dans un habitat précaire.

Dans les zones AU3 du secteur de Gelés, la taille minimum d’opération est fixée à 5.000 m2 ou 10.000 m2, et chaque opération devra comprendre au moins 35 % de la surface réservée au logement locatif social.

Les secteurs de Cassenore et du Puy du Luc sont classés en zone naturelle. Ce classement n’est que provisoire. Ces secteurs constituent en fait des réserves foncières comme le montrent les emplacements réservés pour l’élargissement des voies et les grands terrains acquis par les bailleurs sociaux Clairsienne et Gironde Habitat.

3 – Les suffixes L30 ou L35 des zones urbaines

Toutes les zones urbaines du Taillan Médoc comportent le suffixe L30 ou L35.

Ceci signifie que, dans toutes ces zones, pour toutes les opérations de plus de 2.000 m2 de plancher, il devra y avoir au minimum 30 % ou 35 % de la superficie réservée au logement locatif social.

M. BETI rappelle enfin que la population du Taillan Médoc comprend un pourcentage élevé de retraités. Il s’agit souvent de ménages modestes qui ont travaillé à deux toute leur vie pour acheter le petit pavillon où ils jouissent paisiblement de leur retraite. Les statistiques sur l’habitat social au Taillan Médoc ignorent ce phénomène, et c’est donc à tort que la commune apparaît comme comportant peu de logements sociaux.

C – Débat avec les participants

– il existe 2 propriétés de bailleurs sociaux : Clairsienne (entre chemin du Puy du Luc et chemin de la lagune Plate) et Gironde Habitat (entre chemin de cassenore et chemin du sergent) :
Que faire avec eux ?
Comment lier un projet de maisons individuelles avec un projet de bailleurs ?

– pour les SMS : servitude de mixité sociale) est-on obligé de vendre ?
R : en cas d’intérêt public, il peut y avoir expropriation.
Le jour où ces terrains redeviennent constructibles, la Mairie ou la métropole peuvent préempter.

Pour l’instant, nous déplorons que notre association n’ait pas été appelée à collaborer avec les responsables de projets d’urbanisme de notre commune :
Un participant dit : « faites un avant-projet, une esquisse » !
Alors pourquoi pas s’adjoindre la compétence d’étudiants en urbanisme pour élaborer un projet structuré et cohérent de ce quartier, dans la ligne des observations déposées par l’association sur le registre  de l’enquête publique ?

Nous avons fait une demande auprès des adhérents et sympathisants de notre association pour avoir leurs attentes ; nous n’avons eu que quelques réponses ; il en faut davantage pour élaborer une stratégie d’ensemble,

En conclusion

Notre Président, Daniel Chouraqui :

      • Nous sommes en attente des résultats de la commission d’enquête, l’association informera ses adhérents et sympathisants, dès que possible ;
      • Il nous faut une base solide en tant que recensement pour avoir du poids devant les bailleurs sociaux? Et la Mairie pour préparer et présenter une esquisse d’un projet de ce quartier : trait d’union entre les propriétaires et le projet d’urbanisme de la Mairie, pour aujourd’hui et pour demain ;
      • Pour l’allée du sergent, notre Président souhaite intégrer la commission qui a la charge de réfléchir à son devenir, dont Patrick Lhotellier est un acteur important.

Fin de la rencontre à 21 h ; nous prenons un temps pour partager le verre de l’amitié